Immobilier : La revanche des villes moyennes

18/04/2022
Thumbnail [16x6]

Publié pour la première fois au mois d'avril, le baromètre Immobilier Guy Hoquet est le 1er baromètre national qui analyse l’ensemble des biens résidentiels commercialisés par les professionnels et les particuliers. 

Selon le baromètre immobilier Guy Hoquet, au premier semestre 2022, les villes moyennes ont le vent en poupe ! En témoignent les progressions à 2 chiffres sur certaines de ces villes, de plus en plus prisées La Rochelle (+23%), Orléans (+14%), Pau, Poitiers, Caen, Nîmes (+12%), Albi et Montauban (+11%). 

Parties sur des bases plus hautes, les grandes villes comme Paris et Lyon se stabilisent. Seules Marseille et Lille se démarquent : l’une en arborant un +8% ensoleillé, l’autre en recul de -3%. La France des territoires n’a peut-être jamais aussi bien porté son nom. 

Avec plus de 918 000 biens commercialisés au 1er trimestre 2022, soit +3.2% de progression en 1 an (et +12% vs le trimestre précédent), le marché immobilier de l’ancien poursuit la dynamique observée sur les 2 dernières années. 

Une augmentation qui va de pair avec des prix/m2 affichés en forte hausse : +8.7% en 1 an (et +5% en 3 mois).
 

Sans surprise, le segment des maisons - qui pèse 67% de l’offre - tire le marché vers le haut. : +11.8% d’augmentation du prix/m2 en 1 an ! La valeur des maisons n’a cessé de progresser depuis 2020 : un pouvoir d’attractivité renforcé depuis la crise sanitaire et les envies de verdure ou d’extérieurs qu’elle a suscité.            

« L’augmentation des taux bancaires et le contexte actuel ne perturberont pas durablement le marché. À ce jour, rien ne freine concrètement un projet immobilier. Avec l’expérience, nous avons pu observer qu’une crise, aussi forte soit-elle, créait un ralentissement du marché, mais que ce dernier reprenait systématiquement le dessus. L’immobilier reste une valeur sûre, un projet et un placement rassurant », commente Stéphane Fritz, Président de Guy Hoquet l’Immobilier.